12 février 2018

Altered Carbon : review

 

Altered_Carbon

 

SPOILERS AHEAD!

 

Synopsis:

The story takes place around the 25th century. A soldier, answering to the name of Takeshi Kovacs, wakes up in another sleeve ("skin") after 250 years of "death". He's hired by a meth (meaning a very rich man) Laurens Bancroft to solve a murder: Bancroft's own murder. Bancroft changed his sleeve but of course he'd like to know who's trying to kill him.

At first, "Altered Carbon" is based on a series of books (trilogy) first published in 2002. (Actually, I bought them but I didn't read them yet so I can't compare the books vs the series).

 

My opinion:

First of all, the casting was pretty well chosen. The actors are great. I'm not gonna lie: I didn't knew Joel Kinnaman from before given the fact I've never seen "The Killing" nor the Mexican actress, Martha Higareda, playing Kristin Ortega.

Joel, for me, is the perfect guy to impersonate Kovacs: a deep voice, a great body and an acting on point (he has a lot of charisma). As for Ortega, she's one of my favorite alongside Quell (played by Renee Elise Goldsberry): badass, they both have character. I simply love them! Plus, Ortega is loyal and has integrity.

 I also liked the fight scenes (especially the one during episode 4. It was insane!). For a TV Series, I found it to have great action. And the good scenario really helps achieving this. Although, sometimes some storylines struggled a bit. For instance, the storyline with Kovacs's sister, Reileen Kawahara (Dichen Lachman, actress we've already seen in The 100) at the very end started to be quite long in my point of view. I think the story concerning the sister could have been wrapped up in less time. But the end is interesting, learning like this what she did in the past concerning Quell. The chapter is brilliantly closed and it suggests a promising season 2.

 

"Altered Carbon" enters into the future. As I mentioned in the synopsis people live into "sleeves", meaning they live with other poeple's body, not with their original ones*). Furthermore, their conscience is inside "slacks" which are tiny microchips located at the back of their neck.

*The only people who can afford leaving with their original body are called "meth". They are "very rich people" who can create "clones" of themselves. The meths actually live in the air, up in the sky such as living gods.

 

For me, sleeves are very useful and very convenient. This process offers you immortality (who has never dreamt of that?). Of course you'll be alive as long as your stack's okay (even if your body dies). On the other hand, if your stack gets destroyed, then your fate will be "real death" (RD).

However, if that would happen in real life that would be scary …a bit at least…. In fact, you're not truly yourself…of course you have your conscience but bodies are also important. It should take time to adapt so I don't know about those). Also, there will be a time for adaptation in terms of gender (which brings back to the current issues of today's society). Indeed, in this series there's no more "proper gender"… at least you can switch. It's very futuristic (a woman can perfectly end up in a man's body and vice versa).

 

As we speak of the future, I think it is well represented. The design and graphism are outstanding: virtual boards, phones in the eye, smart bracelets, iron arms with extraordinary force, etc. Surgery is an entire new thing as well. It's expensive (quite like today in certain countries where only the very rich can have the very best of treatments) but it has known such a progress. It goes the same with technology. There are flying cars, the bombs end up having electric shields, bigger amplitude, etc.

Also, there are new activities and services. I'm not gonna enumerate all of them but only the one that talked to me: the Raven Hotel. See I study tourism and it was very interesting to see an AI (Artificial Intelligence) owning the place, "being" the hotel and being a "possessive" hotel. By possessive I mean they're protecting their customers at all cost (guns in the ceiling, watching everybody's moves quite like a raven). If we think about it it could be possible actually, technically speaking, to put that in place but of course, I'm not sure tourism is going this way at the moment ;) 

 

To conclude I would say that even if it's the future, the show reflects on what's happening at the moment in today's world. There are lots of problems concerning gender identity, the poor and the very rich...

However, in the end, things get complicated because of course Kovacs's sleeve isn't just a sleeve: it's Elias Ryker's sleeve who was Ortega's boyfriend and partner in the police (suspended for about 200 years). It's when we found this information that we start making connections and learn how everything's linked between Ryker's case, Bancroft's murder, the Ghostwalker, etc.  Obviously, Kovacs and Ortega relationship is hard to define. 

Like I mentioned previously, a second season is already planned, although Joel Kinnaman said he wasn't sure to be back so that would mean Kovacs is back into his old skin (or another one perhaps?). Anyway, I loved the interpretation of both actors (the main ones): Joel Kinnaman and Will Yun Lee even if sometimes I felt quite torn between the two...like if they were completely different actors.

 


22 mai 2017

The Royals: the video!

Here's my video about the TV Show "The Royals". This one is particularly focused on Liam ...or should I say King Liam (haha).

 

King Liam - The Royals (King)

 

Posté par AddictJude à 11:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,

04 mai 2016

Daredevil: the video !

Take a look at my all new video on Daredevil ! And don't forget SUBSCRIBE, SHARE & COMMENT ! Enjoy guys! ;) 

Salut tout le monde! Aujourd'hui sort ma nouvelle vidéo sur Daredevil! J'espère que vous aimerez! N'oubliez pas que vous pouvez vous abonner à ma chaîne Youtube, partager et commenter ! ;) 

 

Daredevil (Pvris - My House)

 

 

Posté par AddictJude à 13:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , ,

24 février 2016

Deadpool : critique

Affiches de Films ou Séries (Divers)2

 

Tout d'abord commençons par l'évidence : Ryan Reynolds est né pour ce rôle. En effet, il délivre une performance parfaite et interprète avec brio le personnage de Wade Wilson, célèbre personnage des comics Marvel.

Issu de Marvel certes, mais totalement différents des autres héros issus de cette franchise. En effet, le film change des autres Marvels où être un héros est la chose la plus essentielle. Ce sont généralment des films très manichéens, toujours divisés entre le bien et le mal. Or, ici, c'est plutôt le contraire, certes ce n'est pas le pire "méchant" que l'histoire ait connu mais ce n'est pas non plus un héros. Comme il le dit si bien lui-même "I'm a bad guy chasing other bad guys" ("Je suis un méchant chassant d'autres méchants"). Wade Wilson est tout simplement un antihéros.

Après avoir été diagnostiqué avec un cancer en phase terminale, Wade accepte de participer à un programme qui va pouvoir le guérir. Or, son "médecin", Ajax (interprété par Ed Skrein, vu dans Game Of Thrones), va mener sur lui diverses expériences. Sur Wilson, l'effet sera plutôt dévastateur et spectaculaire étant donné qu'il va se retrouver avec la peau brûlée, la capacité de guérir de tout, c'est-à-dire, se prendre des balles sans aucun dommage, impossibilité de mourir (du moins pas dans l'immédiat en tout cas) ; il peut se régénérer. Par conséquent, après s'être sauvé et transformé en Deadpool il va se mettre à la recherche de ce Ajax (Francis) pour qu'il lui rende son apparence d'avant, tuant, littéralement, tout sur son passage.

 

 

C'est un excellent film, et ce, du générique de début jusqu'à la scène post end-credits. Le générique est très agréable à regarder car nous n'avons pas les vrais noms des acteurs ou de l'équipe. On va pouvoir alors regarder des choses telles que "a British vilain" ("un méchant britannique), "written by the real heroes here" ("écrit par les véritables héros ici"). Il en va de même avec pleins d'éléments dans le film qui font références au passé, ou à d'autres acteurs notamment à Ryan Reynolds en personne de Green Lantern (une fois dans le générique avec sa photo et l'histoire du costume vert) ou encore à Spiderman. Bref, si vous voulez en savoir davantage, n'hésitez pas à jeter un oeil sur ce site.

Enfin, la scène post end-credits introduit le personnage de comic, Cable, qui peut ainsi laisser présager une suite à ce premier opus plus que prometteur (normalement sortie prévue en 2017).

 

 

Biensûr, ne vous attendez pas à des discours très recherché. Le langage est fort, cru, direct, sans finesse (sauf celle de l'esprit) mais c'est cela qui procure au film cette dimension humoristique. On rigole quasiment tout le temps. Ce Marvel est également violent, sanglant et inappropriement marrant.

Ce qui est bien avec ce personnage justement c'est son humour noir vif et tranchant. C'est vraiment drôle voir même hilarant. Le film est très drôle et les blagues sont très bien pensées. De même que Deadpool s'adresse parfois à nous, spectateurs, ce qui ajoute encore une dimension supplémentaire au film.

 

Enfin, la bande son est vraiment très bien. On retrouve des musiques telles que :

 

 

Je pense que ce film peut-être perçu de diverses manières, comme une relation love/hate. En fait, soit on l'adore, soit on le déteste. Pour moi, c'est définitivement la première option mais par exemple, une de mes amies, n'a absolument pas aimé et n'a pas été sensible à l'humour de Deadpool, ce que, avouons-le, je ne comprends pas !

Comme vous l'aurez donc compris, il ne vous reste plus qu'une chose à faire : acheter vos billets ! 

 

Posté par AddictJude à 11:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,

14 février 2016

The Revenant : critique

Attention spoilers !

the revenant

 

Entre contemplation, observation, frissons, émotions, sensations et admiration.

 

   "The Revenant", sorti au cinéma le 15 janvier dernier (en Grande-Bretagne), est un film du réalisateur mexicain Alejandro González Iñárritu, notamment connu pour avoir dirigé"Babel""Birdman" ou encore "Biutiful". Il signe, ici, une de ses plus belles oeuvres.

                      Le film relate l'histoire vraie de l'aventurier et trappeur Hugh Glass, abandonné et laissé pour mort par ses camarades lors d'une expédition le menant à l'Ouest des Etats-Unis d'Amérique en 1823. Au-delà de la souffrance et des épreuves sur son chemin, il va tout faire pour survivre et se venger de celui qui lui a ôté, pourrait-on même dire arraché, toutes ses raisons de vivre.

 

 

                      La première scène d'ouverture met en scène une rivière. Nous sommes plongés dès lors dans un état de plénitude, de zénitude, de calme, de douceur rappelant une vague mélancholie ainsi que le silence durant l'observation.

                      Soudain, la force de la rivière devient plus forte. Un certain tumulte se fait ressentir, tel le bruit d'un combat, d'une tempête qui se laisserait entendre. Les ondulations de l'eau font penser à un écho intérieur, au sang bouillonnant dans les veines, à l'agitation du moment ou tout simplement à la vie qui prend forme sous nos yeux et nous remémorant le temps qui court.

                      Enfin, le cadre s'élargit et nous constatons que nous nous trouvons dans un marécage. L'eau nous entoure, elle est partout, ruisselante et se séparant à divers endroits et prenant ainsi des chemins opposés. Ces séparations laissent penser aux choix de directions quand nous devons faire un choix : l' un pouvant mener à la mort, à la tristesse tandis que l'autre conduirait à la survie, à une revanche sur la vie, un succès, etc. 

                      En fait, ces premières minutes pourraient à elles seules expliquer tout l'atmosphère du film si nous leur prêtons une attention toute particulière.

 

 

                      Une des nombreuses choses à retenir du film est bien sûr les prestations exceptionnelles de Leonardo Dicaprio et Tom Hardy (nommés tout deux aux Oscars, respectivement dans la catégorie Meilleur acteur et Meilleur Acteur dans un second rôle, qui se dérouleront le 28 février prochain à Los Angeles).

                      Tout d'abord commençons par parler de Tom Hardy (John Fitzgerald). Et dire qu'il ne devait pas jouer ce rôle en premier lieu puisqu'il était présent dans le casting de Suicide Squad. On peut dire qu'il a du nez pour sentir les très bons rôles. Son interprétation est une des plus crédibles de tout le cast. Il campe le rôle du méchant mais son jeu d'acteur est tout en finesse, il n'y a pas de surplus, d'éxagération. Il a su conserver le naturel du personnage et ne l'a pas transformé en quelqu'un d'encore plus méprisable qu'il ne l'est vraiment.

                       Aussi, comment ne pas s'attarder sur la performance de Leonardo DiCaprio qui est spectaculaire dans ce rôle de trappeur survivant et qui dépasse toute espérance. Combattant l'ensemble des maux que cette terre puisse lui infliger, combattant la douleur, le froid, la soif, la faim mais également souffrant de troubles plus psychologiques : la mort de ses proches, la tristesse, l'espoir, la revanche, la colère...il va devoir trouver sa force intérieure et poursuivre son chemin, avancer tout simplement. Toutes ces émotions sont un mélange et peuvent rendre le spectateur plûtot confus mais grâce à cette interprétation sans faute chacune arrive à se distinguer dans le jeu d'acteur de Leonardo ce qui est assez incroyable. Donc, si cette année Leo ne reçoit pas L'Oscar, nous pouvons nous interroger sérieusement sur ce que l'Académie recherche.

                 Je m'attarde sur ces deux acteurs mais il est évident que les autres acteurs tels que Domhnall Gleeson, Will Poulter... sont également excellents dans leurs rôles respectifs.

 

 

                      Les plans séquences sont superbes nous dévoilant des paysages à couper le souffle. Une partie a d'ailleurs été tournée au Canada où les températures pouvaient parfois descendre à - 40°C. Toute l'équipe du film pourra vous dire que le tournage s'est fait dans des conditions très difficiles. En plus des paysages, la bande son est excellente et accompagne à la perfection tant les scènes de cauchemars que des scènes plus réjouissantes ou du moins, moins dures à regarder. Les décors sont très biens réalisés, ainsi que les costumes et il en va de même pour les effets spéciaux auxquels il n'y a rien à redire.

 

                          Bien sûr, le film reste violent et certaines scènes sont parfois difficiles à regarder de part le sang ou simplement l'horreur qui s'en détache. Je pense principalement à cette scène où l'ours attaque Hugh Glass. Iñárritu a réussi à inclure le spectateur dans la scène. C'est presque comme si nous étions nous mêmes en train de nous faire charger, assaillir. La tension est palpable. Nous avons peur. De plus, aucun détail n'est épargné tel que le son des os se brisant ou les cris de douleur plus forts de secondes en secondes. 

                      Cependant, il n'y a pas que cette sensation de frissons et d'angoisse constante. Une émotion plus profonde se dégage du film. Par exemple, la scène à propos de la mort de son fils était très touchnate et je pense que certains ont eu la larme à l'oeil. Même la performance, seule, de Leonardo DiCaprio arrive à nous émouvoir. Certes, les dialoges ne sont pas très présents mais c'est ce qui fait toute la beauté de ce long métrage. On ressent les choses plus profondément et on arrive dans certaines scènes à retrouver une certaine pureté d'âme et un sentiment de "satisfaction". De plus, quand on sait qu'il s'agit d'une histoire vraie, on ne peut que compatir à la douleur de l'homme et en même temps être admiratif devant tant de bravoure, de courage et de volonté.

 

 

                     De surcroît, comme Léonardo l'avait mentionné lors de son discours de victoire aux Golden Globes, qui se sont déroulés plus tôt cette année, le film montre aussi en grande partie les relations entre les natifs d'Amérique, les autochtones, les Indiens, et les hommes venus colonisés ces terres pour la plupart vides et dépeuplées. Fine est d'ailleurs la frontière entre respect et haine. Il s'agit d'un pays aux coutumes différentes où seule l'adaptation permet de survivre. Les scènes sont très réalistes qui plus est. L'utilisation de la langue des natifs ajoute une dimension supplémentaire au film qui se verrait alors plus faire la promotion d'une comunauté, nous irions davantage vers un point de vue plus philanthropique et altruiste. 

 

                        Pour conclure, je dirai que c'est de loin un des meilleurs films de ces dernières années et qu'il mérite amplement de la reconnaissance tant pour le fond que la forme ainsi que pour les idées qu'il défend. 

 

Posté par AddictJude à 23:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , ,


25 janvier 2016

Critiques de films

Affiches de Films ou Séries (Divers)1

 

 

Agents Très Spéciaux : Code U.N.C.L.E

 

 ==> 4/5

Un film d'action au scénario bien ficellé et des pointes d'humours sans en faire trop : un cocktail bien dosé pour le plaisir des spectateurs. Henry Cavill ainsi qu'Armie Hammer sont tout à fait convaincants en tant qu'agents britannique et russe. Dans la même lignée que le film Kingsman vous passerez un excellent moment de divertisement. 

 

A la Poursuite de Demain (Tomorrowland)

 

==> 2/5

En toute honnêteté je m'attendais à quelque chose de beaucoup plus aboutit. Après des semaines de promo, de publicités en tous genres, l'équipe du film a réussi à attiser notre curiosité mais voilà ça ne prend pas et on trouve le temps long. Scénario approximatif, effets spéciaux pauvres en qualité, concept incomplet, etc. Je n'ai tout simplement pas accroché. Le film aurait pu être mieux et avec un peu plus de recherche aurait même pu cibler une audience davantage plus conséquente et plus large.

 

We Are Your Friends

 

==> 4/5

Dix ans après High School Musical on retrouve l'acteur Zac Efron dans la peau, non pas d'un chanteur, mais d'un DJ. Cherchant à se faire une place dans ce monde difficile d'accès, il va demander de l'aide à James, un DJ à succès, et en profite pour tomber amoureux de sa petite amie. Cependant, l'histoire d'amour n'est pas au centre du film et se concentre essentiellement sur comment se faire une place dans le monde de la musique. Sexe, drogues, excès, passion...tout se mélange pour offrir au spectateur un bon divertissement.

 

La Face Cachée de Margo

 

==> 2/5

Après avoir entendu maintes éloges sur ce film ainsi qu'après le film à succès "Nos Étoiles Contraires" je m'attendais à beaucoup mieux et à quelque chose de beaucoup plus recherché. N'ayant pas lu le livre, j'avouerai que le film ne nous montre pas assez les sentiments intérieurs des personnages. Nous sommes spectateurs donc avec une vision extérieure et il est vrai que certaines scènes nous laissent dubitatifs. De plus, l'histoire ne m'a pas beaucoup attirée, plue, du moins, pas comme je l'espérais. Margo a beau être une jeune femme mystérieuse au final je trouve que c'est un personnage terne, vide et qui manque de rondeur, tout comme le scénario dont la profondeur était loin d'être au rendez-vous.

 

Southpaw (La Rage au Ventre)

 

==> 4/5

Agréable surprise ! J'avais beaucoup aimé la bande annonce et je ne suis pas déçue d'avoir vu le film. Jake Gyllenhaal est stupéfiant dans ce long métrage pour lequel il a pris beaucoup de musculature et a, ainsi, réussi à obtenir un corps bodybuildé digne des plus grands catcheurs. Les émotions sont là, le drama également et les scènes de combat sont très bien réalisées. 

 

Before We Go

 

 ==> 5/5

Chris Evans, connu pour ses rôles allant des 4 Fantastiques en passant par Avengers aka Captain America, signe ici un très bon film, son tout premier. L'histoire se déroule sur une nuit entière, où deux inconnus, Nick et Brooke, déambulent dans les rues de New York, discutant de leurs problèmes respectifs et de leurs attentes pour le futur. Il est fou d'imaginer à quel point un moment de hasard peut rassembler deux personnes sur la même longueur d'ondes. Ce film nous pousse à faire une retrospective sur nous mêmes et à se poser des questions auxquelles on n'aurait pas forcément pensé au premier abord. Enfin, le film mêle émotions, rires, joies éphémères, amertume, tristesse...Bref, j'ai passé un excellent moment.

 

Mémoires de Jeunesse (Testament of Youth)

 

==> 5/5

Adapté du livre de Vera Brittain publié en 1933, ce film est une grande réussite. On s'attache aux différents personnages, on voit ce qu'était la guerre à travers leurs yeux et on a peur pour eux. Peu de film arrive à nous captiver de cette manière. On vibre pour les personnages que ce soit tant au niveau de la peur, de la colère qu'au niveau de la profonde tristesse. On suit essentiellement la vie de Vera (puisqu'il s'agit d'une oeuvre autobiographique), interprétée par la très talentueuse Alicia Vikander (vu également dans Agents Très Spéciaux : Code U.N.C.L.E), qui rêvant d'étudier à Oxford voit sa vie basculé par la guerre et qui décide; alors, de devenir infirmière.

 

Wildlike

 

==> 5/5

Film magnifique aux paysages sublimes qui vous transporte en plein Alaska. Mackenzie, une jeune adolescente qui doit aller vivre un temps chez son oncle, décide de suivre un homme d'une cinquantaine d'années répondant au nom de Rene. Mackenzie qui connait une situation familiale compliquée trouve en cet homme du réconfort, de la sécurité et leur relation devient vite très touchante, émouvante. Dommage que le film ne soit pas aussi connu car il le mériterait. 

 

The Rewrite

 

==> 3/5

Nouvelle comédie pour Hugh Grant qui cette fois se met dans la peau d'un scénariste raté et fauché qui n'arrive à rien écrire de promettant depuis son immense dernier succès quelques années auparavant. Il va alors accepter de devenir professeur dans une université afin d'enseigner à de jeunes gens comment écrire l'histoire parfaite. Aussi, il rencontrera sur les bancs de la fac une mère d'une quarantaine d'année accumulant deux jobs à la fois et qui n'est autre que son élève. Elle va lui permettre de redonner un sens à sa vie et d'envisager de passer à autre chose dans sa carrière professionnel. Bref, film gentil, sans grand intérêt et dont le jeu d'acteur est un peu mou. C'est dommage car le film partait d'une bonne intention.

 

The Duff

 

==> 4/5

The Duff raconte l'histoire de Bianca qui se rend compte qu'elle est une DUFF, c'est-à-dire, une "Designated Ugly Fat Friend". Certes, ça reste un film pour adolescent. La morale de l'histoire s'avère que nous sommes tous les Duff de quelqu'un. Cependant, l'histoire est bien contruite et le scénario est cohérent. Les acteurs sont bons dans ce qu'ils font et vous garantissent ainsi de passer un bon moment.

 

The Riot Club

 

==> 3/5

Si votre rêve est d'un jour d'intégrer un club pour riches enfants pourris gâtés issus d'une fac de renommée mondiale, en l'occurence Oxford ici,  alors ce film est pour vous. Non, plus sérieusement l'histoire de base raconte comment un jeune homme prénommé Miles, interprété par Max Irons, va se retrouver transporté dans des événements qui le dépassent. Au départ l'ambiance est bon enfant mais les choses dégénèrent très vite et leurs actions deviennent de plus en plus agressives, violentes et davantage proche de la débauche que de la classe dont ils devraient faire preuve vu leur rang social. Les autres membres du club, respectivement joués par Douglas Booth, Sam Clalfin, Sam Reid et bien d'autres se croient permis de tout, vivent dans l'excès et ne respectent quasiment rien. Miles va s'en aperçevoir mais un peu trop tard...

Le film est très bien réalisé et nous sommes parfois outrés de voir à quel point les choses s'enlisent et choqués par la proportion que prennent leurs actions. 

 

Naomi and Ely's No Kiss List

 

==> 4/5

Film très intéressant sur l'amitié fille-garçon porté par les acteurs Victoria Justice et Pierson Fode dont l'alchimie crève l'écran. Ils forment un très bon duo et on se laisse emporter par l'histoire de ces deux jeunes personnes. Il s'agir de découvrir les limites de l'amitié, l'ambiguité qui peut survenir au bout d'un certain temps. C'est à propos de la réciprocité des sentiments et du mal que peut provoquer certaines actions quand nous sommes jeunes. 

 

Les enquêtes du département V : Miséricorde

 

==> 4/5

Premier film d'une trilogie vous ne serez pas déçu. Produit par le réalisateur danois Mikkel Norgaard, ce film est basé sur une série de livres écrit par un autre danois Jussi Adler-Olsen. Pour les avoir lu, je peux témoigner de leur excellence. Ils sont merveilleusement bien écrit, l'histoire est prenante et ce qu'il m'a plu c'est que le film leur fait fidélité. Un deuxième est déjà sorti : Profanation et un troisième ne devrait pas tarder : Délivrance.

L'histoire est à propos d'un flic prénommé Carl Mørck qui après une bavure lors d'un précédente enquête se retrouve à trier des dossiers sur des affaires classées dans le sous-sol de son commissariat. Également assisté par Assad, un syrien au passé trouble, il va vite désobéir aux ordres et décide de rouvrir une affaire vieille de quelques années à propos de la disparition soudaine et énigmatique d'un jeune politicienne.

Le rythme est plutôt lent mais cela ne signifie pas que l'action n'est pas au rendez-vous. C'est un film à l'atmosphère noir, mystérieux, avec des moments faisant un peu plus peur que d'autres et qui se détache des thrillers américains connus pour être beaucoup plus bruts généralement. 

 

Posté par AddictJude à 01:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , ,

31 août 2015

Mission Impossible : Rogue Nation...la critique!

Mission_Impossible_Rogue_Nation_poster

 

Tout d'abord voici un petit résumé :

L'agence Mission Impossible a été dissoute après que certaines personnes, dont le directeur de la CIA, aient décidé que ces dernières années l'agence n'a fait qu'engendrer pertes et fracas et dont le succès des missions pouvaient se résumer à de la chance. Or, Ethan Hunt, le célèbre espion, évaporé dans la nature et dont la CIA veut la mort, consacre tout son temps à traquer une organisation appelée "Le Syndicat", composée uniquement d'agents supposés être morts. Ce dernier, est en effet, responsable de bien des crimes à travers le monde et désormais présent à Londres, est prêt à tout pour continuer dans cette voie même si cela signifie s'en prendre aux personnes les plus influentes du pays... Ethan devra prendre les bonnes décisions et faire les bons choix quant à ses alliés.

 

Mon avis :

          Un retour fracassant sur les grands écrans. Nous sommes plongés dans l'action dès les premières minutes avec des cascades spectaculaires ! Pour ceux qui ont vu le film vous savez de quoi je parle! Cette scène avec l'avion prêt à décoller était époustouflante d'autant plus quand on sait que Tom Cruise a réalisé lui-même cette partie. 

           Cette fois-ci au programme : monter sur les ailes d'un avion en plein décollage, plonger dans un tube vraiment étroit et d'où se jette habituellement de l'eau hautement pressurisée, des courses poursuites aussi folles les unes que les autres, le retour des masques camoufleurs...bref, pas une minute de répit pour l'équipe de Mission Impossible !

          Pour cet opus, Ethan Hunt est accompagné d' une "équipière" de choc, la très jolie et talenteuse agent britannique Ilsa Faust, interprété par Rebecca Ferguson (vu dans The White Queen).

 

10125615-mission-impossible-rogue-nation-qui-est-ilsa-faust-interpretee-par-rebecca-ferguson

 

          Ce cinquième film brille par l'action qui monte encore d'un niveau, une mission encore plus impossible et toujours marqué par des traits d'humours qui nous amusent beaucoup. Tom Cruise est réellement taillé pour le rôle d'Ethan Hunt et je n'imaginerais personne d'autre dans ce rôle.

Alors un conseil, rendez-vous dans les salles obscures pour découvrir ce tout nouvel opus de la franchise & ENJOY ! 

 

jTk4JSh

 

 

Posté par AddictJude à 21:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

08 juin 2015

Jupiter Ascending critique

Jupiter Ascending aka Jupiter : le destin de l'univers

===> 5/10

 

Résumé (source Allociné) :

Née sous un ciel étoilé, Jupiter Jones est promise à un destin hors du commun. Devenue adulte, elle a la tête dans les étoiles, mais enchaîne les coups durs et n'a d'autre perspective que de gagner sa vie en nettoyant des toilettes. Ce n'est que lorsque Caine, ancien chasseur militaire génétiquement modifié, débarque sur Terre pour retrouver sa trace que Jupiter commence à entrevoir le destin qui l'attend depuis toujours : grâce à son empreinte génétique, elle doit bénéficier d'un héritage extraordinaire qui pourrait bien bouleverser l'équilibre du cosmos…

 

Mon avis :

Bon film dans son ensemble mais pas exceptionnel. Il se laisse regarder. C'est un bon diverstissement. On est content de revoir Mila Kunis dans un rôle principal après son accouchement, elle est toujours aussi jolie mais ce film ne lui permet pas d'exprimer tout son talent. Il en va de même pour Channing Tatum qui campe le rôle d'un légionnaire lycanthrope. Cependant, à part le manque d'une intrigue ou plutôt d'un scénario intéressant, accrocheur, les bases du film sont excellentes. Très bons effets spéciaux, musiques, costumes, des décors à couper le souffle et on part à la découverte de technologies, certes déjà-vu pour certaines, mais tout de même innovantes. Conclusion: pas le film de l'année mais vous passerez un bon moment si vous vous laisser tenter.

 

Posté par AddictJude à 21:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

18 avril 2015

Quelques critiques de mes derniers visionnages

Affiches de Films (Divers)2

 

 

Wild

===> 7/10

J'attendais ce film avec impatience. Je ne suis pas déçue mais je reste quand même sur ma faim... En effet, le film nous montre parfaitement cet état d'esprit de liberté, d'aventure; cependant, je n'ai pas ressenti autant d'émotions que lorsque j'ai regardé "Into The Wild" de Sean Penn,par exemple, ou "On The Road" (le livre).

"Wild" est un road trip à sa façon. C'est une quête de soi avant tout. Reese Witherspoon est très émouvante et nous convainc par son interpétation de Cheryl Strayed, ancienne héroïnomane, se lançant seule sur la route. Elle affronte la nature, les aléas de la météo, la vie sauvage....

On rêve tous de voir le monde, de dépasser nos limites. Cheryl part, ici, pour se retrouver. Elle suit une quête vers une nouvelle vie. Elle fuit cette vie qui l'a tant fait souffrir et désappointer. Mais pour ma part il me manquait une petite étincelle, un petit quelque chose qui aurait rendu le film inoubliable.

 

 

Fast and Furious 7

===> 8/10

Un film dont on va entendre parler encore longtemps. Action, émotions, explosions....tout y était !! Je pense qu'au niveau action, le film est le meilleur de la franchise. Des cascades vraiment excellentes et un fil conducteur (scénario) cohérent, autant dire un long métrage réussi.

De plus, et on ne peut pas parler du film sans l'évoquer, le magnifique et émouvant hommage à Paul Walker, disparu tragiquement en novembre 2013. On sent vraiment transparaître l'amour et le respect avec lesquels les acteurs et équipes de production ont produit, tourné, monté le film.

L'humour, encore une fois, était présent et on ne voit pas les 2h20 passer. Bref, je le recommande fortement si vous voulez passer un bon moment.

 

 

La Famille Bélier

===> 7/10

Louane Emera, césar du meilleur espoir féminin 2015, porte sur ses épaules ce film français d'Eric Lartigau. C'est un beau film, drôle et touchant, mêlant rires et larmes. On découvre Louane, la chanteuse (bon d'accord on en avait déjà eu un petit aperçu) mais également la comédienne. Pour un premier film je l'ai trouvé très à l'aise et elle-même. 

Pour ce qui est du film en lui même, il est vraiment très intéressant et le choix des chansons permet d'attirer différentes générations. La voix de Louane est pure et nous émeut énormément. On notera également le fait que l'handicap dans ce film n'est pas vu comme une "tare" mais comme un élément à part entière de la personne qui leur permet d'avancer, de se surpasser et de se battre tout simplement jour par jour. Le père de Paula Bélier (Louane), interprété par François Damiens se présente pour le poste de maire, les parents possèdent une exploitation agricole...ils sont dans la vie active ! 

Je vous conseille donc de voir ce film au scénario original et qui vous fera passer par toutes les émotions.

 

 

Les Poings Contre les Murs

===> 8/10

David Mackenzie nous livre là une image de l'univers carcéral très réaliste et poignant. Porté par des acteurs talentueux, le film est loin de toute vision manichéenne. Nous ne sommes pas plongés dans un monde où ces hommes sont considérés comme mauvais. Nous sommes loin des préjugés; ainsi on peut se faire notre propre opinion.

Jack O'Connell est brilliant dans le rôle d'Eric Love, jeune homme de 19 ans, qui se retrouve dans la même prison que son père. (Ce rôle lui a d'ailleurs valu diverses distinctions). Eric doit prouver qu'il est fort et qu'il peut surmonter malgré son jeune âge, les codes d'une prison pour adulte tout en essayant de régler ses différends avec son père (interprété par l'excellent acteur australien Ben Mendelsohn). Eric est violent et animé par une profonde colère, rage.

Film puissant, vif, à l'atmosphère torturée et tumultueuse qui vaut vraiment le coup de visionner. Entre violence et émotions Mackenzie signe là un de ses meilleurs films. Attention tout de même pour les plus jeunes, certaines paroles et images peuvent être choquantes. 

 

Posté par AddictJude à 15:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , ,

14 mars 2015

Unbroken: review (French title: Invincible)

Affiches de Films (Divers)1

 

         Second movie for Angelina Jolie, the director, and what a movie ! She signs here an amazing production, she's very talented at directing movies.

          Jack O'Connell (that you might I've seen in the UK TV show "Skins", in the role of Cook) has the lead role. He evolved so much, this is incredible. That man is so talented (and ultra sexy let's be honest). You might have also seen him in "Starred up" (Les Poings contre les Murs) and '71. His talent explodes in that movie. He's a GREAT, an awesome actor ! Incredible performance.

           Let's also mention the talent of Takamasa Ishihara, "The bird"...the crazy jail keeper and then commander of the mines.

 

          After all these compliments, let's focus on the movie itself. It's a real gem, very emotional, very vibrant. We are directly trapped into Louis Zamperini's life and especially during the hard time he's been through during World War Two. 

 

Here's a little resume for those who aren't aware of the storyline: (source: IMDb)

         After a near-fatal plane crash in WWII, Olympian Louis Zamperini spends a harrowing 47 days in a raft with two fellow crewmen before he's caught by the Japanese navy and sent to a prisoner-of-war camp.

 

My opinion:

This movie, teaches us how to trust ourselves and be confident in the future. Never lose faith, be strong no matter what, rise up during rough times, face your enemy and don't submit yourself. It's a real lesson of life, the movie reminds us how life is important, meaningful and that we can achieve anything as long as we're alive.

Angelina tried and succeed to transmit a message and a powerful emotion. Moreover, she arrived to direct the actors in the way they make you go into the movie. For example, (so you can understand a little bit more what i'm trying to say) in the scene where Louis (Jack O'Connell) is lifting a beam above his head and suddenly that moment happens, THE MOMENT! ... He plundges his eyes into "The bird" ones. It's a duel; a silent fight and in that moment we're not sure how the japonese chief is going to react, we're in the expectation, uncertain, we feel the tension. It's a fight between two strong personalities. We're into the scene, we can't escape and we can't or we stopped breathing for few seconds that seem to be hours. This is also where we can osberve the limit between "friendship" and "rivality". Indeed, the limit is tiny. "The Bird" always seems to be obliged to beat Louis, he looks to suffer from the situation and in the same time he kind of enjoys it. It's weird. And the scene definitely defines that problem and the situation between the two men. This is why I'd say it's my favorite scene. And also because Louis is surpassing himself.

Everyone should be inspired by Zamp's braveness.

 

 

          Finally, Coldplay signed here a beautiful song called "Miracles". I find this is a perfect title, one of circumstance (very adapted). Louis and his friend Phil are survivors, as we can see with the boat scene. They were in the middle of nowhere or well...lost in the ocean with almost no water, except the rain, no food, under the sun or caught in a storm...and still they've made it. They survived for 47 days. Here's the official music video. Enjoy ! 

      

 

I recommend this movie to everyone and also to Jack O'Connell aficionados who will discover him in a new light.

 

 

Posté par AddictJude à 22:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,