02 août 2015

"Grey" est de retour...

Les fans de Cinquantes Nuances de Grey seront ravis de retrouver les héros qui les captivent tant. Quant à ceux qui n'ont déjà pas apprécié le premier tome, passez votre chemin.

 

grey-el-james_0

 

 

          En effet, le quatrième tome, sommairement nommé "Grey", qui relate les mêmes événements que le premier mais cette fois-ci du point de vue de Christian, n'offre pas de grandes nouveautés. Par conséquent, si vous vous êtes ennuyés durant la lecture du tome un, il est inutile de réitérer l'expérience. 

          E.L James ne s'est pas beaucoup compliquée en rédigeant ce dernier livre. Il est vrai que certains passages sont tout simplement des copiés-collés du premier bouquin. Des dialogues identiques dont la vision du milliardaire n'apporte rien à l'échange. En effet, nous avons dans les tomes précédents une notion de ce que pense Christian. On arrive à comprendre son point de vue et plus particulièrement son "lui intérieur". Il faut être réalistes; dans les autres bouquins Christian ne cachait généralement pas ses pensées à la belle Ana nous faisant ainsi partager les moindres détails de ce qu'il pensait sur le moment. Nous en étions donc bien conscients. Ici, l'auteure londonienne a cru bon de mettre en "italique" les fameuses pensées du sado-masochiste telles que "Je t'en pris dis moi oui", "allez, montrez moi ce que vous savez faire mademoiselle Steele", "Mais c'est là que ça coince", "Tu dois garder le contrôle", etc. Cependant, elles ne sont pas inconnues du public, des lecteurs car il y a déjà cette atmosphère de "déjà-vu". Il est juste de constater que dans les livres déjà publiés nous avions déjà eu des aperçus de ces remarques, certes de manière indirecte, de manière plus abstraite mais nous arrivons à la même conclusion. C'est comme si nous étions condamnés à relire les phrases une seconde fois. Il y a là un effet étrange.

Donc, pas vraiment de nouveauté !

 

 

          Concernant les points positifs, ce sont les inédits auxquels on a eu droit qui donne de la matière au livre. Inédits tels que le dîner avec Elena, alias Madame Robinson, durant lequel elle le convainc de faire le voyage jusqu'à Savannah. Nous découvrons enfin cette discussion. De même, on sait avec davantage de précisions le contenu de ses cauchemars. Ils sont relatés avec plein de petits détails. Il est intéressant d'observer cette part de vulnérabilité chez Christian. Cependant, là encore, on avait déjà une idée vague de son histoire à Détroit ainsi qu'à propos de sa mère.

 

          Aimant les livres, j'ai apprécié lire "Grey". J'étais toujours plongée dans l'histoire et je l'ai dévoré en seulement quelques heures et ce, malgré tout ce que j'ai pu trouvé à redire (lire précédemment). Cela fait plaisir de retrouver le duo Christian/Ana aux prémices de leur histoire. Loin d'être choquant le livre se lit facilement (il faut dire que l'écriture d'E.L James ainsi que sa syntaxe sont loin d'être une difficulté, c'est une écriture presque "trop" simpliste) et nous passons un agréable moment. Donc n'hésitez pas à vous le procurer.

 

Posté par AddictJude à 10:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,


26 mai 2014

The Fault In Our Stars (#TFIOS) - John Green

The Fault in our Stars--Cover

 

 

Résumé :

        Le roman raconte l'histoire de deux adolescents atteints de cancer. Hazel Lancaster, la narratrice âgée de 17 ans, survit grâce à un traitement expérimental. Ses parents l'obligent à fréquenter un groupe de soutien. Durant les séances, elle fait la connaissance d'Augustus Waters, d'un an son aîné, qui souffre d'ostéosarcome. Les deux adolescents se passionnent pour un roman de Peter Van Houten, lui aussi consacré à une jeune fille atteinte d'un cancer, qui se termine brusquement au milieu d'une phrase. Curieux du sort des personnages, Hazel et Augustus envisagent de se rendre à Amsterdam afin de rencontrer l'auteur. Ils effectuent le voyage grâce à une fondation d'aide aux enfants malades qui se charge d'exaucer leur vœu le plus cher.

(Source: Wikipédia) 

 

Mon avis :

        Dès la deuxième page je riais déjà alors que quelques unes plus loin, je commençais à verser mes premières larmes. Ce livre est un tourbillon d'émotions. Il nous ravit, nous émeut et à tendance à passer d'une situation comique à une situation plus tragique.

        Un des rares livres que j'ai lu où la vie est expliquée telle qu'elle l'est vraiment. Sans artifice, sans mensonge. Juste l'instant présent avec ses doutes et ses peurs mais également ses joies et moments de fou rire.

        On sent que la relation entre Hazel et Augustus est très forte dès le début. Il s'agit d'un amour passionné (et défiant toute probabilité, je dis cela par rapport à l'éternité).

        En fait, nous ressentons ces émotions avec une telle intensité que nous avons l'impression par moment d'être les personnages!  Notre monde s'écroule en même temps que celui d'Hazel quand on apprend que "Gus" est de nouveau malade.

Le monde est-il contre eux ?

 

 

        Si je vais un peu plus dans les détails je dirais que nous adorons tous Augutus et ses fameuses métaphores. La plus célèbre restant celle-ci:

"Tu glisses le truc qui tue entre tes lèvres, mais tu ne lui donnes pas le pouvoir de te tuer" 

D'ailleurs, Hazel qualifiera cela d'harmatia! (faute du héros de tragédie qui provoque sa chute)

 

Voici quelques unes des citations que j'ai apprécié :

"La lumière du soleil levant était trop vive pour ses yeux en perdition"

Les humains vivent quelque chose après la mort, ils ne sont pas perdus. Voilà ce que cette phrase signifie. Elle est magnifiquement écrite.

"Je suis tombée amoureuse pendant qu'il lisait, comme on s'endort : d'abord doucement et puis tout d'un coup"

         On connaît la fatalité de leur situation mais eux choisissent d'y penser d'une manière plutôt philosophique et littéraire. Et puis au fond comme le dit Hazel, elle-même,

"un jour viendra où nous serons tous morts/où il ne restera plus aucun être humain pour se rappeler l'existence des hommes."

 

 

         Autre élément pertinant du livre: Hazel (et par la suite Augustus) a une curieuse fascination pour le livre "Une Impériale Affliction" de Peter Van Houten. Elle pense que le livre s'arrête en plein milieu d'une phrase car Anna, l'héroïne, est morte ou était trop malade pour continuer à écrire. Inconsciemment, je pense qu'Hazel se demande si sa propre vie s'achèvera ainsi, au milieu d'un moment d'importance, au milieu d'une phrase, d'un mot... L'avenir des personnages l'intrigue. Elle veut savoir. Elle veut connaître la fin de l'histoire avant de s'en aller. En fait, c'est ce livre qui l'a rapproché d'Augustus. Ils en discutent ensemble, en débatent, se questionnent. Ils partent même tout les deux aux Pays-Bas pour rencontrer l'auteur. Augustus lui promets d'ailleurs d'écrire une épilogue digne de ce nom, à la hauteur d'un écrivain fou et passionné.

         C'est durant ce voyage que Gus avoue son amour pour Hazel. Il est le premier des deux à le déclarer clairement. Elle l'aime aussi. Mais elle ne veut pas le voir souffrir et lui faire subir tout ce qu'elle endure et va endurer. Mais au final, les sentiments sont les plus forts et prennent le dessus sur tout le reste. Ils sont plus puissants que la raison. Pourquoi perdre une seconde de plus ?

 

Pourquoi ce titre ? :

         "The Fault In Our Stars", le titre original est davantage appréciable que la traduction française qui n'est autre que "Nos étoiles contraires", qui laisse un peu à désirer. Certes, il reflète bien la vérité jusqu'à la moitié du roman mais devient quelque peu injustifié par la suite étant donné que la situation d'Augustus devient aussi critique que celle d'Hazel. C'est pourquoi je préfère le titre original car il représente davantage la situation dans son ensemble et correspond à la perfection à l'histoire du bouquin. C'est la faute des étoiles sous lesquelles nous sommes nés! 

         C'est dans le chapitre Sept que nous avons un petit aperçu. En effet, c'est dans une lettre de PVH destiné à Augustus que nous avons une explication.

"Fût-ce le contraire, vos étoiles n'auraient pas été aussi contrariées, mais c'est dans la nature des étoiles d'être contrariées. Shakespeare laissant dire Cassius "La faute, cher Brutus, n'en est pas à nos étoiles ; elle en est à nous-mêmes" Facile à dire [...] mais nos étoiles ne sont jamais à court de tort."

         

 

        Pour conclure tout cela, je dirai que le chapitre 15 a marqué ma fin et je n'ai pas cessé de pleurer jusqu'à la fin, sauf lorsqu' Isaac faisait l'éloge funèbre d'Augustus, je n'ai pas pu m'empêcher d'éclater de rire. Donc quelle est la morale au fond ? Augustus tenait absolument à laisser une trace, sa cicatrice dans le monde. Il l'a fait en le personne d'Hazel.

       John Green fait partie de ses rares auteurs qui peuvent nous faire rire lors d'un moment tragique. C'est brilliant ! Déconcertant mais brilliant ! Un génie ! 

 

 EN SALLE LE 6 JUIN 2014 (USA) et le 20 août 2014 en France !

 

Posté par AddictJude à 12:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

22 novembre 2013

La Route / The Road - Cormac McCarthy

 

canalblog8

 

Synopsis : 

            Un cataclysme inconnu a dévasté le monde. Des incendies ont ravagé les villes et les campagnes, presque toute la faune et flore s'est envolée. Ce qui ressemble à un hiver nucléaire masque en permanence le soleil et des cendres recouvrent le paysage. L'humanité a presque disparu, les quelques survivants se terrent tels des bêtes ou, ayant apparemment régressé, pratiquent le meurtre et le cannibalisme. Dans ce paysage apocalyptique, un père et son fils, que l'auteur ne dénommera jamais autrement que « l'homme » et « le petit », errent en direction du sud, avec pour seuls biens un cadi contenant leurs provisions et des sacs à dos.

 

Mon avis :

           Si vous aimez les scénarios catastrophe et apocalyptique ce livre est fait pour vous. Je l'ai vraiment beaucoup aimé. On ressent dans ce livre toute la douleur du monde. L'impuissance face aux événements. Cependant, même s'ils sont vulnérables face à la situation, les deux hommes ont la rage de survie. Ils nous entraînent dans leur quête de survie. On a peur pour eux, des frissons nous parcoure à certains moments. Les sentiments et sensations sortent du bouquin et deviennent réalité, ils nous transperçent de part en part. Ils sont tristes nous le sommes aussi, ils trouvent une pomme nous sommes heureux pour eux, ils sont cachés et nous, nous stressons autant qu'eux, on est inquiets.....

           D'ailleurs, l'un des passages qui m'a le plus marqué est celui avec les cannibals. J'étais toute aussi effrayée que eux l'étaient. On ressent ce qu'est une chasse à l'homme dans des circonstances telles que celles-ci et c'est tout simplement horrible. On ressent un mélange de dégoût, de frissons, de peur, de rage également car on se demande comment les hommes ont pu en arriver à ce point et on imagine tous ce qu'ils ont dû traverser comme épreuves. Ils n'avaient d'autres choix pour survivre que de manger leurs semblables. D'un côté on peut les comprendre mais d'un autre c'est un acte révoltant. 

           Biensûr (comme je pense vous avez pu comprendre),  le paysage que McCarthy nous décrit n'est pas celui d'un conte de fées. Ici, tout n'est que désolation, terres brûlées, cadavres, la mort omniprésente, les cannibales, le manque de vivres, la souffrance.........Bref, La Route nous submerge.

           Cependant, le livre se termine sur une note positive, une lueur d'espoir. Le petit garçon, après la mort de son père, est recueilli par une famille, très gentille. D'ailleurs, c'est le seul moment dans le livre où McCarthy nous fait découvrir des personnes non-agressives. Ainsi, on peut penser que le monde n'est pas complètement perdu et que l'humanité continue à subsister quelque part...

           En fait, cette oeuvre représente un message d'espoir porté par deux personnages qui luttent de toutes leurs forces avec un moral à toutes épreuves pour leur existence.

 

Récompenses :

Le livre a été récompensé par le Prix Pulizer en 2007!

 

Posté par AddictJude à 22:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

03 octobre 2013

Les Hauts de Hurlevent / Wuthering Heights - Emily Brontë

 

              Les Hauts de Hurlevent est son unique roman. C'est un livre qui a quand même choqué à l'époque à cause de la noirceur des personnages. Il comporte beaucoup de personnages donc je vais essayer de faire le plus simple possible pour vous raconter l'histoire.

             Mr Earnshaw a deux enfants: Hindley et Catherine. Il adopte un troisième enfant: Heathcilff. Lui et Hindley se détestent alors qu'avec Catherine c'est plutôt l'inverse. Ils développent des sentiments l'un envers l'autre. Cependant, Catherine décide d'épouser un homme riche prénommé Edgar Linton. De cette union naît Cathy provoquant également la mort Catherine. Résultat, Heathcliff veut se venger. Il prend possession des Hauts de Hurlevent, un endroit lugudre, sinistre, séduit la soeur d'Edgar ( il la maltraite donc elle s'enfuit). De cette union naît un fils Linton (je tiens à préciser qu'Edgar meurt aussi).
Heathcliff, va faire en sorte que Cathy et Linton se marient ou du moins il l'oblige à l'épouser et la retient prisonnière de force. D'autres péripéties interviennent (mais elles seraient un peu trop longues à expliquer), l'essentiel étant de retenir qu'Heathcliff finit par abandonner sa vengeance. Il agit de plus en plus bizarrement et meurt quelque temps plus tard. Il a enfin trouver la paix et son spectre ainsi que celui de Catherine errent depuis ce jour sur la lande.

 

          

 

             J'ai beaucoup aimé ce livre même s'il y a énormément de romance. Elle n'est pas amenée, présente comme quelque chose à "l'eau de rose". Et c'est pourquoi j'ai accroché de suite car on a une certaine complexité dans la situation, les personnages se cachent de révéler leur véritable nature... De plus, pour une fois un roman d'amour se termine mal. C'est ce qu'il y a de plus intéressant je trouve.

                                                                                                                                                   

PS : Il faut quand même apprécier le "romantisme" pour lire un ouvrage tel que celui-ci sinon l'ennui vous guette....

 

____________________________ (English Version) ____________________________

 

Emily Brontë is a Britsh writer and poet of the 19th century. You probably have heard her sisters: Charlotte (Jane Eyre) and Anne (Agnes Grey).

 

        Wuthering Heights is her unique novel. It is a book which shocked at that time because of the darkness of the characters. It contains many characters thus I am going to try to make the simplest as possible to tell you the story.

      Mr Earnshaw has two children: Hindley and Catherine. He adopts a third one: Heathcilff. He and Hindley hate each other while with Catherine it is rather the opposite. They develop feelings for each other. However, Catherine decides to marry a rich man named Edgar Linton. Of this union is born Cathy also causing (btw) the death of Catherine. As a result, Heathcliff wants to take revenge. He buys Wuthering Heights, a gloomy, sinister place, seduces Edgar's sister (he mistreats her so she runs away). Of this union is born a son Linton (I want to specify that Edgar also dies).  He acts more and more strangely and dies some time later. He finally found the peace and his spectre as well as Catherine's one roam for this day on the moor.

        

        I really loved this book even if there's a great deal of romance. This one, is not brought, present as something sentimental, snappy, mushy. And that is why I got in straightaway  because we have a certain complexity in the situation, the characters hide to reveal their real nature... Furthermore, for once a love novel ends badly. It's what I find the most interesting thing here ! 

PS: It's necessary though to appreciate the "romanticism" to read a work such as this one; otherwise you'll get bored !

 

Posté par AddictJude à 22:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

Dracula - Bram Stoker

dracula-bram-stoker-head-img

 

 

 Bram Stoker est un célèbre écrivain irlandais du 19ème siècle.

Je doute que quelqu'un ici ne connaisse pas l'histoire de Dracula mais je vais quand même vous faire un petit récap' :

          

           Il faut savoir que cet ouvrage se présente sous la forme d'un roman épistolaire. Jonathan Harker, un notaire, est amené à partir en Transylvanie dans le château d'un certain comte Dracula pour l'aider à acquérir une propriété à Londres. Au fur et à mesure que le temps passe, Jonathan remarque d'inquiétantes attitudes chez le comte et se retrouve plonger dans un lieu glauque, mystérieux et éloigné du monde. Le jeune notaire ne tarde pas alors à découvrir la réelle identité du comte: c'est un vampire. La situation se corse lorsque ce dernier arrive à Londres et rencontre la très belle Mina Harker, la fiancée de Jonathan...

 

          C'est assez étrange car même si Dracula est un homme vil, cruel il y a certains moments dans le livre où j'ai réussi à éprouver de la compassion pour lui et comprendre sa souffrance. C'est un des mes livres préférés. Il est indémodable et je le considère comme un chef d’œuvre de la littérature. On est tout de suite happé par l'histoire et il est presque impossible de s'en défaire.

 

       PS : Une suite, Dracula L'Immortel, a également été écrite ( que j'ai lu) par l'arrière-petit-neveu de Bram Stoker, Dacre Stoker. Elle est basée sur les notes originales de B.Stoker et elle est plutôt intéressante.

 

____________________________ (English Version) ___________________________

 

Bram Stoker is a famous Irish writer of the 19th century.

I doubt that somebody here doesn' t know the story of Dracula but I am going to make you though a little summary:

 

       It is necessary to know that this work appears under the shape of an epistoary novel. Jonathan Harker, a solicitor, is led to leave for Transylvania in the castle of a certain count Dracula to help him acquiring a property in London. As time goes by, Jonathan notices some troubling attitudes at the count and finds himself plunge  into a glaucous, mysterious and distant place from the world. The young solicitor doesn't long to discover the real identity of the count: he's a vampire. The situation gets more complicated when the latter arrives to London and meets Mina Harker, the gorgeous fiancée of Jonathan... 

       It's kind of strange because even if Dracula is a mean, cruel man there are certain moments in the book where I managed to feel some compassion for him and to understand his sufferings.

     PS: A sequel, Dracula the Un-Dead, has been written (that I read) by the great grandnephew of Bram Stoker, Dacre Stoker. It's based on the original notes of B.Stoker and it's rather interesting.

 

Posté par AddictJude à 21:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

Sur la Route / On the Road- Jack Kerouac

 "Avec l'arrivée de Dean Moriarty commença le chapitre de ma vie qu'on pourrait baptiser « ma vie sur la route »"

  

                         Jack Kerouac est un monument de la littérature du 20ème siècle. C'est un écrivain et poète américain qui a un style particulier basé sur la liberté, l'évasion, le non respect des traditions...

 

                                 

     

                    Sur la route, est le livre, par excellence, qui incarne le mouvement de la beat generation ( années 1950- ébranle la société américaine dans ses certitudes).

              Nous suivons l'histoire de Dean Moriarty, un drogué, ancien délinquant, voleur et de Sal Paradise, écrivain et narrateur du livre. Ils partent à la conquête des Etats-Unis, à l'aventure sans aucune raison précise. C'est un périple mêlant rires, pleurs, débauche, rencontres, mysticisme, sagesse, folie...

                   A ce jour, il s'agit de mon livre préféré. Il ne donne qu'une envie: partir, voyager, découvrir de nouvelles choses, un nouveau monde. On pourrait même dire que ce bouquin représente à lui seul un état d'esprit. On s'attache très rapidement au personnage de Dean (c'est mon favori) pour qui on éprouve pleins d'émotions et de sentiments divers. J'ai ressenti ce livre comme une bouffée d'air frais donnant envie de tenter de nouvelles expériences. Il était impossible pour moi de m'arrêter, j'ai toujours eu l'envie irrépressible de tourner les pages pour connaitre le suite mais en même temps j'ai tout fait pour retarder le moment où je tournerai la dernière page...

 

                   Un conseil : Vivez chaque page, vivez chaque ligne, vivez chaque mot.

                                                                                                                               

PS : Pour ceux qui sont intéressés, le livre a été adapté au cinéma en 2012. Je trouve que le film est assez représentatif du livre, je n'ai pas été déçue. 

 

                                                          (English Version)                                                                         

 

 

" With the arrival of Dean Moriarty began the chapter of my life which we could baptize " my life on the road "

 

        Jack Kerouac is a monument of the 20th century literature. He's an American writer and poet who has a particular style based on the freedom, the escape, the lack respect of traditions...

 

        On the Road,  is the book, par excellence, which embodies the movement of the beat generation (1950s - shakes the American society in its certainties.

 

        We follow the story of Dean Moriarty, a drug-addict,former delinquent, thief and of Sal Paradise, writer and narrator of the book. They set out to conquer the United States, without any precise reason. It's a trip involving laughters, tears, debaucheries, meetings, mysticism, wisdom, madness...

 

        So far, it's my favorite book. It gives only a desire: leave, travel, discover new things, a new world. We could even say that this book represents to itself only a state of mind. We become attached very quickly to the character of Dean (he's my favorite) for whom we feel plenty of feelings and various emotions. I felt this book as a breath of fresh air tempting to try new experiences. It was impossible for me to stop, I always had this irrepressible desire to turn the pages to know the sequel but at the same time I made everything to delay the moment when I shall turn the last page......

 

                 A piece of advice: Live every page, live every line, live every word.

 

PS: For those who are interested, the book was adapted to the cinema in 2012. The movie is rather representative of the book, I wasn't disappointed.

 

 

Posté par AddictJude à 20:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,